enfants ayant repas table 1308 31461Menus de la cantine scolaire pour mars et avril 2021 :

salonalafermeFini les paillettes, les bêtes toilettées, les drones pour surveiller les troupeaux  et autres GPS pour répandre des pesticides en droites lignes !  La Confédération paysanne vous invite directement dans nos fermes ariégeoises, ce samedi 27 et dimanche 28 février. 

La Confédération paysanne de l'Ariège rejoint le vaste mouvement de la Conf' nationale avec le Salon à la Ferme : 12 régions, 58 départements et 214 fermes ouvrent leurs portes !

Autant d’occasions pour parler et faire parler de l’agriculture paysanne - avec des paysans, des citoyens, des élus - sur des fer mes ouvertes partout sur le territoire afin de pallier à l'absence du fameux salon de l'agriculture qui se tient normalement aux portes de Paris. 

Très loin donc du salon parisien et très loin également des choix faits hier par le président Macron de se rendre sur une ferme de 500 ha en Côte d'Or pour tenter d'aborder la question des prix payés aux agriculteurs pour leur lait, viande, légumes....  

Vous vous posez des questions, légitimes, sur nos façons de produire, sur la qualité de nos produits, sur les difficultés à s'installer, mais aussi sur la passion qui nous anime ? Alors, n'hésitez pas, venez à notre rencontre, sans tout le barnum publicitaire, sans les marchands du Temple, juste vous, vos questions, vos yeux prêts à s'émerveiller, et nous avec nos bêtes, nos plantes, nos produits et notre envie de vous faire toucher du doigt ce qui fait notre quotidien ! 

Samedi 27 février 

• Escosse - René Donjat, Gaec de lauzy, 09100 ESCOSSE 13-17h Visite et discussion autour du métier d'éleveur dans les coteaux 

• Pailhès - Angel Alegre et Isabelle Bodineau, Hameau de bouche 09130 PAILHES 14-17h Débat autour des petites fermes / Visite de ferme en maraichage bio 

• Tarascon sur Ariège - Bertrand Campy, Rond point de Sabart 11-13h Visite du verger et de la pépinière de fruitiers 

Dimanche 28 février

 • Mercus – Garrabet - Didier Dupuy 09400 MERCUS GARRABET 10-17h Table ronde autour du foncier en montagne et des AFP / Elevage de chevaux de Mérens : Visite,  démonstration de calèche, petit marché de produits fermiers • Gudas -Geneviève Rohmer et Léo Barthès - Hameau de maffe 09120 GUDAS 14-17h Du fumier au fromage de brebis / Visite de la ferme 

• Seix - Mathias Chevillon et Adeline Régis, Esbintz 09140 SEIX 14-17h Visite à Esbintz et discussion autour de l'apiculture et l'installation agricole en montagne Angel Alegre Co Porte parole Confédération paysanne de l'Ariège  Contacts : Angel Alegre 06 71 65 98 09 Laurence Marandola 06 31 66 10 83

lefrancq gilles region occitanieLa Région a annoncé ce lundi 8 février de nouveaux tarifs pour convertir les jeunes au train, et récompenser la fidélité des abonnés liO. L’objectif : donner du pouvoir d’achat aux habitants d’Occitanie, et se rapprocher des 100 000 voyageurs par jour à l’horizon 2030 et de la Région à énergie positive.

De nouveaux tarifs attractifs ont été dévoilés par la présidente de la Région ce lundi 8 février à Albi pour les trains du réseau public régional de transports liO. Ils vont alimenter le pouvoir d’achat, en particulier des moins de 26 ans. La Région considère le train - mode de transport le moins polluant -comme une vraie chance pour la mobilité en Occitanie et veut convaincre qu’il n’est ni plus cher ni plus compliqué que la voiture. Engagée dans la transition énergétique, elle souhaite atteindre les 100 000 voyageurs quotidiens d’ici dix ans dans le réseau liO, au lieu de 57 000 aujourd’hui.

« Je voyage +, je paie 0 » : des trains gratuits pour les jeunes

En s’adressant aux jeunes, la Région veut modifier les habitudes de mobilité. Après les billets estivaux à 1€, puis le tarif à 50% sans carte LibertiO’ depuis octobre, la Région lance pour les grands voyageurs de 18 à 26 ans la formule « + = 0 ». Le principe est simple, sans engagement : plus le jeune voyage en train liO, plus il obtient de crédits sur son compte mobilité (associé à une application mobile). Il paie 50% des 5 premiers allers-retours mensuels et voyage gratuitement les 5 suivants. Du 11e au 15e aller-retour, il crédite son compte mobilité et à partir du 15e, voyage gratuitement le mois suivant. Avant une généralisation prévue en octobre, une expérimentation débutera au 1er avril auprès de 2 000 jeunes volontaires, tirés au sort après une mini-enquête de mobilité. Les candidatures seront ouvertes en mars sur le site web www.ter.sncf.com/occitanie.

Lire la suite : https://www.laregion.fr/Train-vers-la-gratuite-pour-les-jeunes-mini-prix-pour-les-actifs

RottweillerJe souhaite vous rappeler les dispositions concernant les chiens dangereux, en vertu de la loi du 20 juin 2008 renforçant les mesures de prévention et de protection des personnes contre les comportements agressifs des chiens dangereux et de la circulaire NOR IOCA1004754C du 17 février 2010.

En effet, le décès tragique d’une élue d’une commune du Tarn retrouvée tuée par ses chiens le 26 janvier dernier, rappelant le drame très médiatisé dans l’Aisne fin 2019, illustre l’attention qui doit être portée au respect de la réglementation relative aux chiens catégorisés, et plus généralement aux chiens dangereux.

1. Délivrance d’un permis de détention pour les chiens catégorisés

Les chiens susceptibles d’être dangereux sont classés en deux catégories (art. L.211-12 du code rural et de la pêche maritime). La première catégorie comporte des chiens non inscrits au « livre des origines françaises » (LOF) et désignés par les termes « chiens d’attaque » (de type pit-bulls). La deuxième catégorie, dite de « chiens de garde et de défense » est constituée de chiens de race (Staffordshire terrier, American Staffordshire terrier, Rottweiler, Tosa).

La détention des chiens de 1e et 2e catégories est subordonnée à l’obtention d’un permis de détention délivré par le maire de la commune dans laquelle le propriétaire ou détenteur de l’animal réside (art. L.211-14 du code rural et de la pêche maritime). En cas de changement de commune de résidence, le permis doit être présenté à la mairie du nouveau domicile.

Le permis de détention ne peut être délivré que suite à la production des pièces justificatives et à l’évaluation comportementale de l’animal.

Les pièces justificatives sont les suivantes :

— l’identification du chien ;

— la vaccination antirabique du chien en cours de validité ;

— l’assurance garantissant la responsabilité civile pour les dommages causés aux tiers par l’animal ;

— pour les chiens de la catégorie, la stérilisation de l’animal ;

— l’attestation d’aptitude mentionnée à l’article L.211-13-1 du code rural et de la pêche maritime, suite à une formation portant sur l’éducation et le comportement canins, ainsi que sur la prévention des accidents).

En outre, l’évaluation comportementale (articles D.211-3-1 et suivants du code rural et de la pêche maritime) a pour objet d’apprécier le danger potentiel que peut représenter un chien. Elle est réalisée dans le cadre d’une consultation vétérinaire. Si les résultats de l’évaluation le justifient, le maire peut refuser la délivrance du permis de détention (art. L.211-14 du code rural et de la pêche maritime). Si le chien n’a pas atteint l’âge auquel cette évaluation doit être réalisée (s’il a moins d’un an), un permis provisoire est délivré à son propriétaire ou détenteur.

La loi de 2008 a également fixé les conditions de circulation des chiens dangereux. Aux termes de l’article L211-16 du code rural et de la pêche maritime, l’accès des chiens de la ire catégorie aux transports, en commun et aux lieux publics (à l’exception de la voie publique et aux locaux ouverts au public), est interdit. Leur stationnement dans les parties communes des immeubles collectifs est également prohibé. Sur la voie publique et dans les parties communes des immeubles collectifs, les chiens de 1e et 2e catégories doivent être muselés et tenus en laisse par une personne majeure. Il en est de même pour les chiens de la 2e catégorie dans les lieux publics, les locaux ouverts au public et les transports en commun.

 

2. Les prérogatives du maire en cas de danger

  1. Défaut de permis

En cas de défaut de permis de détention, le maire met en demeure le détenteur du chien de procéder à la régularisation dans le délai d’un mois au plus.

En l’absence de régularisation dans le délai prescrit, le maire peut ordonner que l’animal soit placé dans un lieu de dépôt adapté à l’accueil ou à la garde de celui-ci. Il peut également faire procéder sans délai et sans nouvelle mise en demeure à son euthanasie. Les frais afférents aux opérations de capture, de transport, de garde et d’euthanasie de l’animal sont intégralement et directement mis à la charge de son propriétaire ou détenteur (art. L.211-14 du code rural et de la pêche maritime).

  1. Présomption d’un danger

En application de l’article L.211-11, I° du code rural et de la pêche maritime, si un chien (catégorisé ou non) est susceptible, compte tenu des modalités de sa garde, de présenter un danger pour les personnes ou les animaux domestiques, le maire peut prescrire à son propriétaire ou détenteur de prendre des mesures de nature à prévenir le danger (par exemple tenir l’animal muselé, attaché ou enfermé). Il peut imposer l’évaluation comportementale d’un chien et imposer à son propriétaire ou détenteur de suivre la formation pour obtenir l’attestation d’aptitude.

En cas d’inexécution, par le propriétaire ou détenteur de l’animal, des mesures prescrites, le maire peut, par arrêté, placer l’animal dans un lieu de dépôt adapté à l’accueil et à la garde de celui-ci.

  1. Présomption d’un danger grave et immédiat

L’article L.211-11 du code rural et de la pêche maritime instaure une présomption de danger grave et immédiat impliquant des chiens de 1' ou de 2e catégorie dans un certain nombre de situations (par exemple, pour les chiens qui circulent sur la voie publique ou dans les parties communes des immeubles collectifs sans être muselés et sans être tenus en laisse par une personne majeure). Dans ces cas, le maire peut ordonner par arrêté que l’animal soit placé dans un lieu de dépôt adapté à la garde de celui-ci et, le cas échéant, faire procéder à son euthanasie.

Les frais afférents aux opérations de capture, de transport, de garde et d’euthanasie de l’animal sont intégralement et directement mis à la charge de son propriétaire ou détenteur.

Le non-respect des obligations fixées par la loi est pénalement sanctionné. Les sanctions sont prévues aux articles L.215-1 et suivants du code rural et de la pêche maritime.

 

Sylvie FEUCHER

Préfète de l’Ariège

Visite CCPAPDans le cadre d’une dynamique de rencontres avec chacun des élus de la communauté de communes Portes d’Ariège-Pyrénées (CCPAP), le président Alain Rochet a choisi Lissac comme première commune de sa tournée. Monique Dupré-Godfrey, maire de Lissac, les adjoints Gilles Breil et Guy Mercadier, ainsi que la conseillère municipale Monique Sengès, l’ont accueilli avec sa collaboratrice toute une matinée.

L’occasion de faire le point sur les projets 2021.

Lire la suite sur La Dépèche : https://www.ladepeche.fr/2021/02/08/lissac-partage-ses-projets-avec-la-communaute-de-communes-portes-dariege-pyrenees-9360147.php

Photo : crédits La Dépèche

Visite CCPAP 1Voir également sur le site de la Communauté de Communes CCPAP : https://cc-pap.wixsite.com/ccpap/post/rencontre-avec-les-%C3%A9lus-de-lissac

 

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.